Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Colette , une artiste en liberté
Olivier Macaux, conférencier

Née Sidonie-Gabrielle Colette le 28 Janvier 1873 à St Sauveur en Puysaie dans l'Yonne.
Elle n'a pas toujours été l'auteure consacrée qu'on connaît aujourd'hui, il y a eu une évolution et une réception critique de Colette, jugée comme une femme scandaleuse au début des Claudine.Dans les Claudine, elle crée un personnage qui se forge une autonomie. Sa vie et son oeuvre se sont entremêlées dans ses romans. Elle a transgressé les conventions morales de l'époque allant jusqu'à apparaître seins nus sur scène.Bien qu'étant une femme de combat, elle n'a pas été ni militantiste, ni féministe. C'est une contemplative en admiration devant la nature, sa passion numéro 1, qu'elle a décrite sans égal. Elle préfère les arbres, les plantes et les animaux aux humains. Elle a été aussi une femme passionnelle, aussi bien près des hommes que des femmes,

L'enfance

Dans ses romans elle évoque la Bourgogne, sa maison natale de Saint Sauveur en leur attribuant une grande importance. Elle a toujours préféré la province à Paris. Sa maison provinciale signifie le réconfort par opposition à Paris où elle fréquente l'univers mondain.
Sa famille : Son père, ancien capitaine de zouave, une demi-soeur, Juliette, la sœur aux longs cheveux, un demi frère et un frère qui comme elle aimait vagabonder dans les bois.
Sa mère : Sidonie a pris une place très importante dans sa vie. Elles ont vécu une passion fusionnelle. Un esprit toujours en alerte, elle domine les œuvres de Colette. Préfère lui écrire que d'aller la voir à Paris « pour assister à la floraison de son cactus rose qui ne fleurit que tous les 4 ans».
Elle a inculqué très tôt le sens de l'indépendance à sa fille, son discours maternel ne prônait pas d'interdit ni d'injonction, mais liberté, tolérance, éveil et incitation. Les échanges oraux mère / fille ont été très nombreux. C'est une personnalité qui détonne. Amenant son chien à l'église, elle a répondu au curé « Que peut-il craindre d'apprendre ? »
Pour elle on ne doit pas séparer le corps et la pensée. C'est sans doute la raison pour laquelle Colette est très libertine.. « C'est mon corps qui pense et pas mon cerveau » dit-elle.
Adolescente, elle est timide, ingénue. Dans les Claudine elle dépeint une créature qui veut accéder à l'autonomie contre le monde (Gigi et  Le blé en herbe).

Colette et Willy

Elle épouse H.Gautier Villars, dit « Willy » un personnage sulfureux, qui va exploiter Colette à l'époque des Claudine en signant ses œuvres (Claudine à l'école, Claudine s'en va, Claudine à Paris et Claudine en ménage) et en en assurant le marketing dont a horreur Colette. Ses premiers romans gardent ce côté un peu scandaleux avec une volonté de choquer le lecteur avec deux versants : - Farfelue, passionnée à la recherche d'un monde perdu de l'enfance – Emprisonnée dans un monde social, un regard insolent, une vie faite de jeux de conquête, à la recherche de l'amour. La littérature de Colette révèle la hantise de la perte d'honneur due à la transgression. Voir les relations avec Luce, Aimée, Melle Olympe dans Claudine à l'école.
Son premier roman publié sous son nom Dialogue de bêtes suggère un couple heureux, complice à travers le discours de deux animaux, son chat et son chien. Les animaux ont une grande qualité, ils font preuve d'un amour inconditionnel. On peut faire la comparaison avec R.Kipling dans Le Livre de la jungle.
A 30 ans elle est proche de la rupture avec Willy  qui rencontre une autre femme et la chasse. Elle quitte le domicile en 1906 et divorce en 1909. Elle veut être indépendante, jouer au théâtre, danser..

Un parfum de scandale

Après sa séparation, pour gagner sa vie, elle va être actrice de mime et débute au Moulin Rouge en 1907 avec Georges Wague. Son premier spectacle avec Missy, au cours duquel un échange de baiser va provoquer une manifestation dans la salle. Le spectacle sera interdit.
Plus tard elle ira vivre avec Missy, Marquise de Morny ou avec Nathalie Barney, l'amazone.. Elle affiche ouvertement son homosexualité, fume et se coupe les cheveux. Son roman,  la vagabonde où elle se met en scène, décrit la vie triste et passionnée des tournées, la difficulté d'être une femme. Renée, une artiste de music-hall a une liaison avec Akim, un jeune bourgeois. Elle décrit la peur d'être prisonnière de l'amour et le goût amer du jeune premier.

Le chemin de la sagesse et de l'apaisement

Elle retrouve le goût de l'amour, une certaine sérénité et un calme sentimental auprès de Henry de Jouvenel, journaliste qui deviendra sénateur, puis ministre puis diplomate en 1917. Elle publiera des contes, des chroniques et écrira un livre Bel Gazou (beau gazouillis en provençal) à la naissance de sa fille Colette Renée de Jouvenel. C'est une mère animale sans passion dès que l'enfant devient autonome. Dans Mitsou elle raconte la vie d'une danseuse de Music-hall amoureuse d'un lieutenant, tout en étant entretenue par un vieux.
En 1914 elle écrit des reportages de guerre.

1920 Grande période créatrice

C'est l'époque de Chéri  la vie des « cocottes » de l'époque. Léa de Lonval 40 ans, qui a subi les ravages du temps, mais consciente et lucide, fréquente Fred Peloux, homme objet, fournisseur de jouissance, enfant gâté. C'est l'après guerre, découverte de la liberté, de l'autonomie des femmes dans l'atmosphère surannée, superficielle des histoires d'amour des demi mondaines. L'histoire se terminera tragiquement, illustration d'amours impossibles. La peinture narquoise d'un certain milieu mondain, le scandale entourant la relation d'un jeune homme avec une femme plus âgée, l'analyse subtile de l'âme féminine, les charmes cruels de la séduction, l'humour un peu triste de la romancière ont fait de Chéri l'une des œuvres les plus attachantes et les plus célèbres de Colette
En 1921 elle a une liaison avec Bertrand de Jouvenel son beau-fils âgé de 16 ans, ce qui provoquera la séparation d'avec son mari.
A St Coulomb en Bretagne elle écrit Le blé en herbe racontant l'histoire d'amour de deux adolescents qui se retrouvent régulièrement pour les vacances , lui découvre l'amour avec une maîtresse plus âgée et elle fait un mariage précoce.
En 1925 elle rencontre Maurice Goudeket, achète une maison à St Tropez où elle écrit  la naissance du jour  roman autobiographique. Livre bilan sur sa vie jusqu'à l'adieu à l'amour.Elle y retrouve les animaux, les plantes, le jardin, les fleurs et, comme sa mère, se lève la nuit pour assister à la naissance du jour.

Les dernières années

Elle vit dorénavant dans la sagesse et la contemplation de la nature. Elle est alitée, victime d'une paralysie et en profite pour faire un retour sur elle-même, un tête à tête avec la mort. Elle meurt le 3 août 1954. Elle a droit à des funérailles nationales, mais les obsèques religieuses lui sont refusées en raison de son passé sulfureux et tumultueux. Elle est inhumée au cimetière du père Lachaise

Elle aura été un simple humain à la recherche de la compréhension de la vie, humaniste éprise de liberté. La bisexualité tient un rôle primordial dans la vie de Colette, autant dans son existence personnelle que dans son œuvre artistique. Une attention croissante à la justesse des mots, notamment lorsqu'ils sont chargés d'exprimer lson amour de la nature, une sensualité librement épanouie pour revendiquer les droits de la chair sur l'esprit et ceux de la femme sur l'homme, voilà quelles sont les lignes de force de cette écriture.