Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz
Alain Boulaire, Professeur d'histoire ER

tillion          gdga

Le 25 Mai 2015, le Panthéon accueillait deux femmes et deux hommes, tous les quatre, héros de la rsistance.
Ces deux femmes, Geneviève De Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion, ont beaucoup de points communs,
- Issues toutes deux de bonne famille, d'un milieu catholique, gaulliste,
- Engagées très tôt dans la résistance,
- Arrêtées puis internées à Ravensbrück,
- Grand croix de la légion d'honneur,
- Proches des milieux politiques de décision,
- engagées dans des causes humanitaires,
mais des personalités différentes.
Germaine TILLION  
- Née le 30 Mai 1907, fille d'un juge de paix, notable rural, elle a connu une enfance heureuse. scolarisée dans une institution religieuse, soumise à l'infuence familiale nostalgique de la perte de l'Alsace Lorraine en 1870.
- Obtient son bac en 1925 et poursuit des études tous azimuths, archéologie,  préhistoire, études des religions, ethnologie ... devient uen ethnologue spécialiste du monde musulman, plus spécialement de l'Algérie.
- Fait connaissance avec le nazisme et la fascination qu'exerce Hitler au cours d'un séjour en Prusse.
- Apprend l'arabe et le berbère pour une mission dans les Aurès en 1934. Au cours de ce séjour, elle étudie le fonctionnement de la société berbère basée sur l'honneur familial et l'importance des vieux.
- Recueille des contes et légendes et rédige sa thèse sur les difficulté relationnelles entre musulmans et français.
- S'engage dans la résistance dès 1940 en intégrant le réseau du Musée de l'homme de Paul Rivet dont elle deviendra la Présidente. C'est là qu'elle fera la connaissance de Geneviève DeGaulle-Anthonioz, étant toutes les deux rédactrices de journaux pour la résisitance, "La défense de la France" pour Geneviève DeGaulle-Antonioz et "Résistance" proche du PC pour Germaine Tillion.
- Arrêtée en 1942, puis transférée à fresnes, elle est internée à Ravensbrück, premier camp de concentration pour femmes. (132 000 y séjouneront et 90 000 y décéderont) catégorie NN (Nacht un Nebel, danger pour la République allemande) . On y trouve des Polonaises, des Juives, des Allemandes, des Autrichiennes, des Françaises. Pendant son internement, elle fera preuve d'une énergie incessante. elle observe ces groupes de femmes en ethnologue et utilisera ses notes pour écrire une opérette "Verfügbar" dans laquelle un naturaliste veut observer un animal inconnu le "Verfügbar", sur une musique inspirée de l'entrée aux enfers d'Offenbach.
- Profitant d'un contact Himler/Croix rouge internationale, elle sera évacuée à Göteborg.
- Nommée "Commandant de la résistance" par DeGaulle en 1945, elle abandonne l'ethnologie pour l'histoire par souci de la recherche de la vérité.
- Chargée de mission par Mendès France en 1954, elle part en Algérie étudier les relations entre la paupérisation du peuple algérien et la répression militaire. Elle va mettre en place la scolarisation des jeunes et créer les centres sociaux.
- Elle négociera l'arrêt des attentats du FLN en échange de l'arrêt des exécutions capitales des Français.
- Nommée au cabinat du Ministre de l'éducation nationale, elle sera à l'origine de l'enseignement dans les prisons en 1963.
- Elle effectuera 20 missions en Algérie sur l'émancipation des femmes en Méditerranée, contre l'excision, l'esclavage moderne.
- Elle décède le 19 Avril 2008
pour plus de renseignements : Germaine TILLION (Wikipédia) et (des Aurès à Ravensbrück) (Article de "Hérodote")

Geneviève De Gaulle-Anthonioz:
- Née le 25 Octobre 1920, fille de bonne famille, nièce du Général De Gaulle, elle a une jeunesse classique. Elle vit en Allemagne jusqu'en 1935. De retour à Rennes, elle fait des études d'histoire, avant de faire ses premièrs actes de résistance. De retour à Paris, elle s'inscrit à la Sorbonne avant de rejoindre le réseau de résistants du musée de l'homme, où elle fera connaissance de Germaine Tillion.
- Arrêtée le 20 juillet 1943 par Bonny, elle est incarcérée à Fresnes avant d'être internée à Ravensbrück. Placée en cellule disolement, pour servir d'échange entre Himmler et De Gaulle, elle sera libérée par les troupes russes en 1945. Cinquante ans après sa libération, elle relatera cette expérience dans "La traversée de la nuit" qui évoque sa vie en camp, l'entraide entre les détenues, sa libération et la condition des enfants.
- Elle fera connaissance de son mari, Bernard Anthonioz lors d'un séjour en convalescence en Suisse.
- Elle fréquente le milieu de la culture grâce à son mari, nommé au cabinet du Ministère de la culture d'André Malraux. C'est à cette époque qu'elle rencontre le Père Joseph Wresinsky, aumonier du bidonville de Noisy le Grand. Trouvant des similitudes entre Noisy le grand et ravensbrück, elle va consacrer sa vie à lutter contre le mal absolu par une grande fraternité. Elle va s'engager dans le mouvement ATD Quart Monde, fondé par le père Wresinsky, elle en sera la présidente de 1968 à 1994. Elle dit avoir souvent songé à cette phrase de Bernanos : « L’honneur est un instinct, comme l’amour. » Selon elle, on pourrait en dire autant de l’esprit de résistance. En tout cas, c’est bien cette force de l’instinct qui transparaît dans les séquences évoquant le militantisme à ATD Quart Monde. « Je suis solidaire de ces familles jusqu’à ce que l’injustice s’arrête », proclame-t-elle en 1957, en évoquant les familles parquées dans le bidonville de Noisy-le-Grand, en banlieue parisienne. Un ensemble de baraquements qui lui rappelle les pires horreurs. « Pour moi, la toile de fond reste toujours les crimes contre l’humanité. Où commence le refus conscient, organisé, de l’égale dignité de chaque personne ? "
- En 1987 elle témoignerau au procès de Klaus Barbie, au cours duquel elle sera couverte d'injures par J.Vergès, défenseur de K.Barbie.
- Nommée au Conseil économique et social en 1988, elle fera adopter une loi d'orientation contre la grande pauvreté en 1998.
- Elle décéde le 14 Février 2002.
Pour plus de renseignements : Geneviève De Gaulle-Anthonioz (Wikipédia)

Conclusion : A l'intellectuelle aventurière, toujours éprise de la condition des opprimés, en particulier des femmes, on pourrait opposer l'intellectuelle, rangée, ayant découvert l'horreur à Ravensbrück, et l'ayant retrouvée à noisy, décidée à lutter contre cette misère sociale. L'une réagissant en personne soucieuse de découvrir sans cesse de nouveaux comportements humains l'autre réagissant de façon viscérale face à cette misère.
A lire : http://www.humanite.fr/portraits-croises-de-deux-resistantes-574865